Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Coxypy

Coxypy

"La bonté, mode d'emploi" de Nick Hornby

Publié par OqoT.P. Coxypy sur 4 Mars 2012, 09:06am

Catégories : #Livres

la-bonte-mode-d-emploi-nick-hornby-9782264044280

 

Trente pages avant la fin, je me dis : allez chiche, je ne finis pas ce bouquin. Comme c'était dimanche, je l'ai fini.

 

Katie pérégrine sur les us et coutumes gauchistes (travaillistes, l'histoire se passe à Londres) de son code postal, tout en proposant le divorce à David, qui au fil des années est devenu insupportable. Critique cynique du journal local, David rencontre alors DJ Goodnews qui l’amène à une transformation radicale : il devient le sous-fifre de la bonté. Dans la tête de la narratrice, médecin et mère de famille persuadée d'être une bonne personne, c'est jugement et remise en question. De longues introspections à n'en plus finir, frôlent l'ennui à plusieurs reprises. Le récit est bancal, avec une certaine impression que quelqu'un a charcuté le texte pour que ça rentre dans le nombre de pages attribuées par la production. Les personnages sont construits dans la répétition de leur caractère, sans vraiment en apprendre plus au fil du livre.

 

Cette photographie de la classe moyenne fait tout de même esquisser quelques sourires, défiant le badaud lecteur d'une analyse sarcastique à propos de la charité. A noter : quelques réflexions sociétales valent leur pesant de cacahuètes : "Mais personne ne s'avise de réfléchir, car se marier - ou trouver un partenaire pour la vie avec qui on aura des enfants - est inscrit dès le départ à notre programme. Nous savons que c'est ce qui nous attend, et si l'on nous retire ça il ne nous reste plus qu'à grimper l'échelle des salaires et à jouer au Loto, ce qui nous paraît une bien maigre compensation, alors nous essayons de vous persuader que nous pouvons contracter ces unions sans avoir à affronter d'autres conséquences qu'un peu de boue à gratter sur les semelles ; c'est ainsi que nous devenons malheureux, et que nous prenons du Prozac, et divorçons et mourrons dans la solitude." (Extrait p.103 de l'édition 10/18)

Commenter cet article