Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Coxypy

Coxypy

"Intense proximité" au Palais de Tokyo

Publié par OqoT.P. Coxypy sur 21 Avril 2012, 10:10am

Catégories : #Articles

L'observant avec plaisir pour la déroute offerte : réflexion ou divertissement?

 

shot 1334864448562

 

Premières impressions :

Jeudi 19 avril, vernissage de la triennale d'art contemporain,"Intense proximité" au Pakais de Tokyo.

 

L'entendement du titre : Pourquoi d'aussi diverses perspectives se réunissent dans un même lieu? C'est l'événement "triennale" où les œuvres se rassemblent en un point, "Ce sont des objets qui se retrouvent ensemble pour faire la fête" comme le dit si bien Philippe Katerine à propos de son exposition "Comme un ananas" aux Galerie Lafayette de Paris.Tout est alors permis à l'orphelinat.

 

textures-trienale

 

Les textures : c'est l'essence même de ce qui touche, abstraction faite de la forme. Les richesses : procédés,  matières, mises en scène font la part belle aux arts plastiques et graphiques. Mais sans aucun doute la texture, au delà du nom et de la forme, devient le point commun de toutes les propositions. C'est aussi la douleur qui souvent revient dans ces recherches multiples, assurément pensées, et trouvant enfin une reconnaissance... la cruauté demande combien d'étapes reste t'il avant le supermarché?

 

Les visages : lors d'une promenade au vernissage du Palais de Tokyo, il est délicat de s'attarder photographiquement sur les visages dans leur plus belles expressions de mise en représentation face à l'œuvre : l'incompréhension, le questionnement, l'indignation "moi aussi je peux le faire un rond au feutre en format A-6", le "ça je n'en veux pas chez moi", ou bien évidemment l'admiration incommensurable accompagnée de petits cris jouisseurs (liste non-exhaustive des réactions envisageables).  

 

expression

 

Le lieu : arrivée au niveau 0, l'espace, dans son immensité émouvante, est dédié à la création actuelle. Puis descendant -1, et enfin -2. Les vieilles pierres en l'état superposent plusieurs époques de travaux délabrés. La vieille salle de cinéma de la Cinémathèque/Femis, sa petite scène et sa salle en pente. Allant vers le bas, le lieu s'accapare du qualificatif "underground"... Quatre pianos à queue en libre service postés dans le hall devant la rampe de skate colorée, des grillages erigés contournables, la chappe de betton de guingois, "et pourquoi faire cela à Paris? C'est à Berlin que l'on fait ce genre de chose". Paris assume, mais c'est étrange le concept d'institutionnaliser l'alternatif, entre le musée d'Art Moderne et le musée de la mode.

 

N'étant pas dans un jeu vidéo, impossible d'aborder les niveaux de difficulté liés à chaque œuvre, et donc d’émettre de vilains jugements de valeur. L'émotion prévaut. A quelle heure est la visite guidée?

 

shot 1334863913473

Commenter cet article