Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Coxypy

Coxypy

Du psychédélisme dans les Ombres Sombres

Publié par OqoT.P. Coxypy sur 19 Mai 2012, 09:50am

Catégories : #Articles

Tim Burton tente une fois de plus le grand écart de plaire au plus grand nombre en satisfaisant ses pulsions "bizarres".

 

La coutume veut qu'il reprenne un thème fort de la culture populaire : Charlie, Sweeney, Alice et cette fois ci Barnabas Collins. Le vampire atterrit dans les années 70, après deux cents ans d'enfermement dans le cercueil imposé par sa sorcière.

 

Du féminin : Michèle Pfeiffer en magistrale matriarche, Helena Bonham Carter en psychothérapeute alcoolique, Eva Green en sorcière mal-aimée, Bella Heathcote en âme sœur, Cloe Moretz en mutation larve-papillon. La part belle est faite à cette pléiade de femmes envoutantes et soignées quand en face Johhny Depp porte le lingam à la manière d'un haute forme. Quelques rôles masculins plus que secondaires ne viendront pas faire ombre au bien-aimé du réalisateur. Gulliver McGrath n'a pas encore mué, Jackie Earle Haley et Jonny Lee Miller sont un peu sous-employés bien que leurs rôles soit bien esquissés, et Alice Cooper est compté parmi les femmes à en croire l'immortel. En parlant d'Alice, il joue son concert comme lorqu'il avait vingt ans, l'anachronisme de la peau n'est pas si choquant! Plus généralement, la musique assure tant dans les tubes sixties, seventies que dans la création de la bande son en accord avec l'époque et le film de genre. Ne resterait que le passage de Barnabas en réflexion sur l'orgue que publicité serait faite efficacement.

 

Le décor est somptueux, la famille Adams n'a qu'a bien se tenir, c'est la maison qu'elle aurait si elle était adaptée aujourd'hui. Le domaine de Collinswood ressemble t'il à l'architecture intérieure du cerveau de Burton? Un hall gigantesque, des dédales, des passages secrets, une décoration luxuriante et gothique, vivement le Cluedo édition de luxe "Dark Shadows". Les effets spéciaux s'y marient bien, intégrés de mieux en mieux au réel... Comment ce film vieillira t'il? Les objets prennent vie, la porcelaine se brise, les fantômes jouent leur rôle suspendu, tout ça n'est qu'un vague souvenir déjà, mais j'y retournerai volontier.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article