Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Coxypy

Coxypy

Barbouilles

Publié par OqoT.P. Coxypy sur 11 Janvier 2009, 11:15am

Catégories : #Articles

Robert franchit le portail en chantant et en dansant. C’est la rentrée, les collégiens sont déjà dans la cours. Il arrive avec les retardataires et Robert sourit solaire.

 

Marcel fait son charme. Avec son sourire discret, on pourrait croire qu’il est modèle.

 

André se révolte. Il crie plus fort que les autres pour être sûr d’avoir le dernier mot.

 

 Rolland est en rébellion. Il est plus grand que la moyenne, et parfois semble bête. Son père n’arrive pas à se faire entendre. Il est en retard quasiment tous les jours, et même parfois il ne vient pas du tout de la matinée.

 

Un mois après la rentrée, Lucien n’a toujours pas ses affaires.

 

Paul garde sa capuche en cours et refuse de la retirer. Il hurle dans les couloirs et dans la salle de classe comme une bête sauvage. Il répond irrespectueusement lorsqu’il est réprimandé par rapport aux règles, il dit « Je fais ce que je veux ! ». Il insulte ses camarades. Il ne fournit aucun travail et gène le travail de ses collègues de classe.

 

Simone est plus forte que les 6e de sa classe, elle est impressionnante, elle a déjà une taille adulte.

 

Léon, le grand frère de Robert, fait souffrir la 3e3 par sa nonchalance. Il est pourtant tranquille dans le fond de la classe. Il s’enfiche de l’école. Il s’ennuie. Il n’est pas comme son collègue Albert qui insulte les professeurs et se bat avec ses camarades. 

 

Thérèse est un pipelette, elle parle sans arrêt avec ses trois copines. Sans arrêt, blah blah blah !

 

Marthe ne veut pas écouter. Elle fait celle qui n’entend pas, ne comprend pas. Il reste bloquer dans un coin du hall, même après la sonnerie. 

 

Robert est en retard, il arrive au bureau de la vie scolaire, le sourire éclatant. Il n’a pas d’excuse raisonnable.

 

Régis insulte son camarade de « paysan ».

 

Maurice ne vient pas en cours parce qu’il a une phobie scolaire. Il est suivi.

 

Lucienne allume tout autour, dans la cour. Le fessier rebondi, le décolleté bien en vue. Elle court partout. Puis elle parle fort, elle crie même.

 

Pierre-Henri refuse d’écouter, il crie fort en jurant un mot sur deux.

 

Pendant le cours d’Italien, Philibert fait tomber la trousse de la professeur. Pour toute réponse, il rigole, il tutoie la prof et il dit « Putain ».

 

Barnabé teint des propos obscènes en cours : « Je veux me gratter les fesse ». Il perturbe le cours continuellement, il bavarde et fait des remarques. Il arrive en cours en retard avec la casquette sur la tête, sans présenter son carnet de suivi.

 

Charles-Antoine, Barnabé, François, Lucien, Octave, Régis et Yvan ont passé leur récréation à se courir après pour se mettre des coups. Malgré plusieurs rappels au calme de la part des surveillantes, ils ont continué, finissant par un lynchage collectif. Ils « jouent » selon eux. Charles-Antoine soutient que la surveillante est une menteuse lorsqu’elle dit avoir vu son genoux dans la figure d’un de ces camarades.

 

« Depuis la rentrée, Lucien n’a pas fait à plusieurs reprises son travail, a oublié ses affaires. De plus il se lève sans autorisation. » 

 

Lazare pète les plomb de sa voix hystérique dès que son frère est dans le coin.

 

Le délégué de la 5e4 descend à la vie scolaire pour dire que leur professeur d’anglais réclame la venu d’un surveillant. Dans la classe, c’est le chahut, Paulette et Renée crient « Bonjour » à l’entrée du pion dans la classe. Marcel et Pierre-Henri parlent à voix haute. La professeur arrive essoufflée, et demande à ce que Robert soit emmené illico-presto chez la directrice-adjointe qui s’occupe des 5e et des 4e. Le Conseiller principal d’éducation est démissionnaire. 

 

Philibert a lancé des pierres dans la salle. Il écrit en gros sur le rapport d’incident « Mito !! ».

 

Après la sonnerie de 16h, un groupe d’élève a construit des barricades dans la salle, et ont dit qu’ils allaient « séquestrer » la professeur d’Allemand par « solidarité » avec deux élèves. L’un d’eux menaçait la prof de passer l’acte, de s’emparer de ses documents. Ils contestaient leur notation.

 

Lucien et d’autres élèves se chamaillent devant le portail, la surveillante leur demande d’arrêter. Lucien s’emporte en disant qu’il n’est plus dans le collège et qu’il fait ce qu’il veut. Il crache par terre et ajoute « Je peux même chier ici si je veux ! »

 

Gontran reste dans un coin de la cours, il refuse de bouger. On pourrait croire qu’il vient de subir un choc traumatique.  

 

Léon est en convoqué à un conseil de discipline. Il est question de savoir si l’adolescent veut continuer à ne rien faire ou bien s’il veut aller en cours sérieusement jusqu’au brevet.

 

Robert est exclu de cours. Le CPE fait la moue, parcours l’avis d’exclusion. Sans parler à l’enfant, il l’envoie dans la salle de permanence où Robert finit son heure de cours.

 

Lucien est exclu de cours, il entre en permanence sans présenter son carnet. Chewingum en bouche, il se met à bavarder avec Gilles, lui même exclu ! Lucien se met à bailler ostensiblement, s’étirant de tout son long. Alors que le surveillant lui demande de se taire, il répond à voix forte et aiguë qu’il révise son italien. Son insolence est sans borne.

 

Lazare entre dans le bureau de vie scolaire et crie « je t’aime ! »
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chris Spé 12/02/2009 19:27

une sacrée galerie... :-) chris