Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Coxypy

Coxypy

Chronique d’une grève lycéenne

Publié par OqoT.P. Coxypy sur 14 Décembre 2008, 15:16pm

Catégories : #Articles

 

Vendredi 12 décembre 2008 à Rennes, le cri gronde dans la rue à intervalle régulier,  et depuis quelques matins déjà : « Hier 4000 et aujourd’hui 2 fois plus » selon un élève de Joliot Currie. Tous les lycées de Rennes sont bloqués et en manifestation aux dires des lycéens de Descartes.

Faisant le blocus devant le Lycée Zola, en manifestation de la Gare à République, les lycéens manifestent contre la réforme Darcos. Beaucoup de questions se posent à eux, et peu d’informations disponibles ; ils se renseignent par les médias : radio, télé, internet et « on fait avec le peu qu’on a ». Un lycéen explique qu’à Zola, « un prof organise des cafés-débats ou les professeurs et la direction sont venus expliquer ce qu’il savait mais c’est assez flou. ». A Descartes, « les enseignants distribuent des tracts ». Un lycéen de René Cassin explique « Ce que propose Darcos est très flou et on ne sait pas ce qui va se passer, on ne sait pas du tout. Même les profs trouvent ça très flou. ». Concernant la réforme, une lycéenne d’Ile de France dit « On a pas trop eu l’occasion d’en parler ». A Jean Macé, certains disent : « A cause de Darcos, l’autre il nique sa mère Sarko, il n’y aura plus de filière ES ! ».

Selon des lycéens de Descartes, « toutes les matières seraient des options en seconde, des matières vont disparaître comme SES, l’histoire géographie serait en option, il y aurait un tronc commun en général » et la mise en place des semestre. A Zola, les lycéens parlent de la « suppression des filières (L, ES, S) remplacées par des options, moins d’heures de cours, 13 modules au choix avec un tronc commun de 21h pour tous les élèves, sachant que tous les lycées ne pourront présenter tous les modules. Quelle sera l’organisation de cette réforme sur le terrain ? Y aura t’il des modules très sollicités et d’autres peut être voués à disparaître ? Le choix des options serait-il à faire dès la fin de l’année de troisième ? ». Un lycéen de René Cassin parle d’ « inégalités entre les lycées, l’histoire géo serait peut être en option, et la philo serait menacée ». A De la Salle, les lycéens sont inquiets « le Bep ne servira plus à rien à cause des bac pro en trois ans. ». Une lycéenne d’Ile de France comprend la réforme comme « un gros bac général avec des petites options, trop le bordel. »

D’autres revendications ? « la suppression des postes d’enseignants », certains ont entendu  80 000 en tout, dont 11 000 cette année. Mais aussi, « dans les classes on serait encore plus chargé, des fois on est une quarantaine, c’est impossible à suivre, c’est ingérable, même les profs ils le disent en début d’année » dit une lycéenne de Descartes. Les IUT se battent aussi contre la LRU, la loi pour l’autonomie et la responsabilité des Universités est entrain d’y être appliqué.

La Grève n’est pas suivi par l’enseignement et les universités ce jour. Même si à De la Salle, un lycéenne dit « Il faut que les profs et adultes nous soutiennent, ce ne sont pas que les élèves qui vont faire changer la loi ». A de la Salle, un lycéen commente « «  On est pas suivi par tous les profs mais certains sont pour qu’on aille. ». Une lycéenne d’Ile de France remarque : « Ouais en fait ça se passe bien, c’est ça qu’est cool en fait, on nous laisse nous exprimer. »

Aujourd’hui, on remarque des lycéens privés sur ce mouvement ce qui n’était pas forcement le cas dans d’autres grèves. A la direction ils ne « réagissent pas très bien, surtout dans les lycées privés mais ils n’empêchent pas le mouvement » selon une lycéenne de De la Salle. Il existe un lien de solidarité inter-lycées, ils se donnent rendez vous à une heure précise pour manifester ou pour se réunir ; Un lycéen de René Cassin dit qu’ils vont faire « une AG cet après midi. Une réunion est prévu à Jean Macé mercredi prochain avec des délégués de chaque lycée, le vote sera organisé lundi et mardi, 3 à 6 délégués par lycée avec chaque section représentée ». A De la Salle, un lycéen explique « Une adresse facebook a été faite directement pour le lycée en disant ce qu’il fallait faire. On s’est regroupé tous devant le lycée ce matin et on a empêché les gens d’aller au lycée. ». Une lycéenne d’Ile de France dit : « Généralement on fait tout le tour des lycées, des fois ça se passe bien. »

            Un lycéen de Réné Cassin explique « hier on a lancé la grève à René Cassin, un genre de blocus, une occupation, on a laissé ceux qui voulait aller au travail, on a fait des AG, et on a organisé la grève d’aujourd’hui à 11h à la gare, on a récupéré des syndicats : l’Union des lycéens national et Sud lycéens aussi, aujourd’hui on était plus de 240 du Lycée René Cassin à venir et on a fait une organisation avec tous les autres lycées avec des contacts. »

L’organisation se fait au « feeling, quand on peut on fait une AG ». Ils sont un peu plus de vingt à Zola à motiver le mouvement, la direction ne s’oppose pas à condition de ne pas faire un blocage radical. Ce vendredi, le barrage est filtrant, ceux qui veulent aller en cours peuvent entrer. A Joliot Currie, une lycéenne dit « « à partir du moment qu’il y a pas de débordement en fait, il y a aucun souci, on doit juste laisser entrer les profs car on peut pas les empêcher de faire leur boulot. On bloque les entrées du lycée pour que tous le monde nous écoute ». Au lycée Ile de France, un lycéenne explique : « Tous les lycées de Rennes sont mobilisés, on a commencé mardi, on bloque avec les poubelles du lycée, en fait ça s’est bien passé, on a fait une AG avec le proviseur, des gens qui représentaient ceux qui voulaient aller en cours et les grévistes »

 

Mots de la fin pour chaque lycée interrogé…

 

Zola : « Savoir si on va tenir après les vacances, on a commencé hier, y’en a qui ont commencé bien avant : une ou deux semaines »

Descartes : « La semaine prochaine le lycée risque d’être bloqué, les professeurs pourraient suivre le mouvement »

René Cassin : « Beaucoup de seconde et pas mal de première et de terminale. Les seconde participent beaucoup, ils sont très impliqués, ils font des banderoles, ils font plein de choses »

Jean Macé  « on va pas lâcher l’affaire, on est pas des bolos, on est pas des idiots »

Joliot Currie « réunion à Chateaubriand, on verra ce week end »

De la Salle « On entend parlé depuis le début de la semaine et on pense qu’elle va durer longtemps, à mon avis ouais jusqu’à ce qu’il retire sa loi. »

Une lycéenne refuse de répondre à l’enregistrement, son papa vient la chercher

Ile de France « on vient de se faire engueuler par une espèce de vieille mémé, qui nous a traité de gros glandeurs et de casseurs, bon a beau lui expliquer, c’était genre la grosse bourge qui vient dire « mais qu’est ce que vous foutez là ? » »

 

Candice - Coxypy

 

Commenter cet article