Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Coxypy

Coxypy

"Le décor est un acteur"

Publié par OqoT.P. Coxypy sur 5 Décembre 2014, 23:35pm

"Le décor est un acteur"

"Profession : chef-décorateur", l'exposition présente 150 pièces de la collection de la Cinémathèque (qui recense 14000 documents liés aux décors) dans la Galerie des donateurs du Musée du Cinéma jusqu'au 3 mai 2015

Surnommé "l'architecte du rêve", le chef-décorateur est : ingénieur, architecte, maquettiste, illustrateur, graphiste, poète, traducteur du réalisateur, et finalement chef d'orchestre. Au départ, un dessin, essentiel pour communiquer, ensuite modélisé par quelques personnes, puis deux cents personnes travaillent à une création commune : le décor est composite. C'est avant tout un travail d'équipe : recherche de la couleur, de la matière avec le réalisateur, le repéreur, le chef-opérateur, le chef-constructeur, le peintre, l'ensemblier, le costumier, tous leurs assistants et leurs stagiaires.

La conférence "Profession : chef-décorateur" trace l'histoire du décor en quarante-six planches. Puis interviennent trois chefs-décorateurs confirmés, ils disent :

"J'ai toujours eu de gros ateliers où j'aime fabriquer" William Abello

"il me laisse trois, quatre phrases, puis j'ai carte blanche" Anne Seibel

"On ne sait rien et il faut trouver la solution ensemble" Jean Rabasse

C'est un dessin qui reste ouvert, et flexible, aussi le scénario peut se transformer selon les décors. Appelé "production designer" aux USA, le chef-décorateur est un véritable conseiller artistique sur le visuel qui se situe au tout début de la chaîne de production. Il travaille aussi avec le bout de chaîne : les effets spéciaux en post-production. Cela requière "une bonne vectorisation" dès la pause du décor. Indéniablement les technologies numériques s'affirment être un outil, une solution avec ses avantages et inconvénients. Mais si tout est possible, n'y a t'il pas un risque de voir le spectateur se désengager? Jean Rabasse rappelle l'idée de suggérer plutôt que de tout montrer.

Ils aiment construire de vrais décors, tourner en décors réels et acceptent aussi l'apport numérique qui pourrait permettre de conserver les studios, ces écrins techniques où l'on peut contrôler la lumière et l'échelle, fabriquer sur mesure et recréer la réalité fictionnelle... avec ou sans fond vert selon l'économie du film.

Tant qu'on est au Musée du Cinéma, on hésite pas à faire le tour de la permanente, histoire d'aller dire bonjour à la daronne de "Psycho".

Et tant qu'on est encore là, on peut soutenir les Studios de Bry sur Marne (cf. lien vers le site des chefs-décorateurs en fin d'article).

"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
"Le décor est un acteur"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article